EGYPTE : Controverse au Festival international du film du Caire

FR Le critique de cinéma égyptien Ahmed Shawky a démissionné de son poste de directeur artistique du Festival international du film du Caire. Shawky a reçu des milliers de messages de supporters d'un club de football le menaçant ainsi que sa famille à cause d'une critique négative qu'il a écrite sur une série télévisée populaire.

Ces menaces ont été doublées d'une série de messages sur les publications en ligne de Shawky d'il y a plusieurs années dans lesquels il a fait des commentaires offensants et utilisé un langage grossier. Ils ont été partagés sur des comptes de médias sociaux diffamant Shawky, juste après sa nomination en tant que directeur artistique du Festival international du film du Caire le 2 juin. Ahmed Shawky, par la suite, a dû démissionner. La FIPRESCI (La Fédération Internationale de la Presse Cinématographique) a exprimé sa tristesse et sa solidarité avec ses collègues, les cinéastes et le public qui ont été endommagés par la cyber-intimidation. Dans une lettre ouverte, il explique les raisons et le contexte de sa décision.

 

 

Lettre d'Ahmed Shawky

 

"Chers tous,

 

Je m'appelle Ahmed Shawky, un mari, un père, un ancien pharmacien, un directeur artistique nouvellement nommé du Festival international du film du Caire et aussi une personne qui a fait l'objet d'une campagne de diffamation m'accusant de violence, de sexisme et d'homophobie!

 

J'ai présenté plus tôt ma démission et le festival l'a acceptée. Je ne voulais pas mettre en danger leur image. Je voulais aussi avoir l'occasion de m'exprimer pour clarifier les choses et abroger les accusations sans fondement auxquelles j'ai fait l'objet.

 

Il convient de noter que la semaine dernière, la sécurité m'a conseillé de quitter ma propre maison et de me réfugier dans un endroit discret, car les fanatiques de football ont publié mon adresse personnelle en ligne et ont menacé de m'attaquer, moi et ma famille. J'ai reçu des milliers de messages qui incluent beaucoup de violence, de menaces et d'insultes, mais j'ai également reçu beaucoup d'amour et de soutien de personnes qui savent vraiment qui je suis.

 

Bien que j'avoue avoir été parfois maladroit  dans ma communication et que certaines de mes propos ont malheureusement été sortis de leur contexte, je partagerai ici ma version de l'histoire, en toute honnêteté et transparence.

 

J'ai utilisé des mots violents, mais suis-je violent?

 

Pour mettre les choses en perspective, je pense qu'il est important de partager avec vous un peu de mon passé, je suis en effet né et élevé en Égypte à un moment où il était interdit de parler ouvertement de politique.

 

Quand j'avais à peu près la vingtaine, j'ai décidé de changer brusquement de carrière. J'ai alors quitté mon métier de pharmacien pour poursuivre ma passion pour le cinéma, à une époque où mon pays traversait la révolution du 25 janvier 2011.

 

Tout a changé en quelques jours. Des gens qui ont toujours été silencieux pendant des décennies sont devenus soudainement bruyants, se disputant et se battant sans relâche. Les débats politiques ou sociaux se sont rapidement intensifiés et se sont transformés en un combat verbal ou physique. Le langage violent est devenu la nouvelle norme dans notre vie quotidienne, même au sein des membres de la famille. C'était une période complètement désordonnée, comme n'importe qui en Egypte s'en souviendrait.

 

Je me suis en effet profondément engagé, changeant fréquemment mes idées et mes croyances comme tout le monde, écrivant des milliers de messages sur les réseaux sociaux, la plupart du temps motivés par la frustration et le désespoir face à toute la dégradation du pays.

 

En 2013, le pays était en effet complètement ruiné. Des extrémistes étaient armés et erraient librement dans les rues. Ils ont bloqué mon quartier, menacé ma famille et agressé physiquement mes proches. Une fois, ma femme a été attaquée pour n'avoir pas porté de voile, ce qui signifierait pour elle qu'elle est «chrétienne ou infidèle»! Nous vivions chaque semaine avec la menace d'attentats à la bombe. Un de leurs dirigeants a clairement déclaré: les bombardements ne s'arrêteront que lorsque vous nous autoriserez à diriger le pays!

 

(lien d'une vidéo qui montre les attaques subies par Amid  https://www.egypttoday.com/Article/2/17206/Did-Beltagy-keep-his-word-amid-repetitive-terrorist-attacks)

 

Dans un environnement aussi précaire, il est extrêmement difficile de garder sa raison d'esprit! Il devient assez facile de perdre le contrôle de vos sentiments, de vos pensées et de vous laisser entraîner dans ce chaos et, en conséquence, vous êtes tenté de répondre à cette violence et à cet extrémisme qui ravageait notre pays bien-aimé.

 

Bien que j'avoue avoir peut-être écrit des articles parfois inappropriés en 2013 et 2014, je peux vous assurer que je n'ai jamais voulu blesser les sentiments de qui que ce soit. Au contraire, ces postes étaient dirigés vers un groupe spécifique de fanatiques et d'extrémistes. Mon intention était d'arrêter la haine, la violence et l'extrémisme de ce groupe et je m'excuse si l'un de ces messages a causé de la douleur ou du mal à quelqu'un.

 

J'ai présenté des excuses aux fans du club El-Ahly pour un vocabulaire idiot que j'ai utilisé dans un article qui a déclenché la crise, et je renouvelle par la présente mes excuses pour tous les mots et déclarations inappropriés que j'ai exprimés à des dizaines de jeunes hommes qui auraient pu se sentir offensés ou en danger. Ces déclarations ne représentent pas qui je suis vraiment.

 

Suis-je homophobe? Ou sexiste?

 

Nous arrivons ici à la deuxième partie des accusations injustes et sans fondement. Je dis injuste à haute voix parce que même si j'avoue avoir écrit par mégarde des messages inappropriés, je n'ai jamais voulu offenser personne. Je réitère par la présente qu'en aucun cas, je ne tolère un comportement homophobe ou sexiste.

 

Ceux qui ont traduit mes messages savent très bien que l'utilisation de jurons en dialecte arabe n'a absolument rien à voir avec le vrai sens des mots eux-mêmes. Tous les Arabes le savent très bien et en particulier les Égyptiens, où des jurons sont régulièrement utilisés dans notre communication quotidienne. Les amis se maudissent très souvent, et dans tout combat verbal avec la famille ou les amis, il est habitué d'échanger innocemment quelques mots incorrects.

 

Bien que je rejette totalement ce genre de langage que je trouve inapproprié, il faut admettre qu'il est bien ancré dans notre société et dans notre vie quotidienne.

 

De plus, il convient de rappeler que les actions sont plus éloquentes que les mots! Et sur la base des antécédents de mes actions, je peux dire avec fierté que je suis l'un des professionnels arabes qui a combattu à chaque occasion, chaque activité que j'ai organisée, à chaque festival dans lequel j'ai travaillé et chaque invité personnel que j'ai invité pour soutenir la diversité, l'inclusion, l'autonomisation des femmes et les libertés sexuelles.

 

J'ai écrit des centaines d'articles et de publications sur les réseaux sociaux pour défendre la communauté égyptienne LGBTQ, j'ai organisé des projections publiques de films qui n'ont pas été approuvés par la censure, j'ai même lancé une campagne en 2011 appelant à mettre fin à la censure. Et lors des 5 dernières éditions du festival international du film du Caire, auxquelles j'ai participé dans la programmation, j'ai fait de mon mieux pour aider le festival à repousser les limites, en projetant de plus en plus de films qui étaient autrefois considérés comme sensibles et tabous dans notre pays.

 

Dans le fichier ci-joint, vous trouverez quelques exemples de ce que j'ai vraiment fait pour défendre les causes de la diversité et de la liberté personnelle, à travers des actions et des mots, quelque chose dont je suis très fier et qui ne changera jamais, que je sois avec le festival ou non . Je ne cesserai jamais de promouvoir et de favoriser ces causes précieuses.

 

Tout au long de ma carrière, j'ai été entouré de femmes incroyablement autonomes. Curieusement, quand ils nous ont demandé l'année dernière de rejoindre l'engagement 5050 × 2020 pour s'assurer que l'équipe de programmation est égale, je n'ai pas eu à changer l'équipe car elle était déjà composée à 70% de femmes! Nous étions donc à deux pas de l'engagement.

 

Maintenant que j'ai quitté le festival, j'invite toutes les femmes qui m'ont rencontré ou travaillé avec moi à parler à haute voix et à dire à tout le monde si je leur ai déjà montré le moindre degré de sexisme. Au contraire, jusqu'à présent, plus de 30 impressionnantes femmes autonomes (y compris de grands noms de l'industrie) ont écrit sur les réseaux sociaux des commentaires pour témoigner leur expérience professionnelle et humaine avec moi.

 

À la fin

 

Bien que j'ai fait dans le passé des commentaires inappropriés qui ont été mal utilisés, déplacés et pris complètement hors de leur contexte, je n'ai jamais voulu blesser qui que ce soit de quelque manière que ce soit, et je réitère que les actions parlent plus fort que les mots et, par conséquent, j'exhorte tout le monde à me juger sur l'historique de mes actions.

 

Et mes actions prouvent que je ne suis ni homophobe ni sexiste. Je réfute complètement ces accusations sans fondement et je m'efforcerai de continuer à lutter pour favoriser et soutenir la diversité, l'inclusion, l'autonomisation des femmes et les libertés sexuelles.

 

Merci pour votre temps,

Ahmed Shawky"

 

EN Egyptian film critic Ahmed Shawky has resigned from his post as artistic director of the Cairo International Film Festival.

Shawky has received thousands of messages threatening him and his family, allegedly from the supporters of a football club, because of a negative review he wrote about a popular television series. These threats were combined with a series of messages about Shawky’s online posts from several years ago in which he made offensive comments and used foul language. They were shared on social media accounts defaming Shawky, right after his appointment as the Artistic Director of Cairo International Film Festival on June 2. Ahmed Shawky, subsequently, had to resign.  FIPRESCI wishes to express sorrow and solidarity with colleagues, filmmakers and audience who have been damaged by cyberbullying. The unconscionable reactions of anger relentlessly released on social media have tangible consequences.  In an open letter he explains the reasons and the background of his decision.

 

 

Ahmed Shawky’s Letter

"Dear All,

My name is Ahmed Shawky, a husband, a father, an ex-pharmacist, a newly appointed artistic director of The Cairo International Film Festival and also a person who has been subject to a smear campaign accusing me of violence, sexism and homophobia!

 

I have presented earlier my resignation and the festival accepted it. I did not want to imperil their image. I also wanted to have the opportunity to speak out to clarify things and repeal the baseless accusations I have been subject to.

 

It’s worth noting that last week, security advised me to leave my own house and refuge in a secret place, as football fanatics published my home address online and threatened of attacking me and my family. I received thousands of messages that include a lot of violence, threats and insults but equally received a large amount of love and support from people who really know who I am.

 

Whilst I admit that I have been sometimes unfortunate in my communication and some of my statements have been regrettably taken out of context, I shall share herein my version of the story, in all honesty and transparency.

 

I used violent words, but am I violent?

 

To put things into perspective, I believe it’s important to share with you a bit of my background, I was indeed born and raised in Egypt at a time when talking openly about politics was forbidden.

 

When I was in my mid-twenties, I decided abruptly to shift my career so I quit my pharmacy degree to pursue my passion: Cinema, at a time when my country was completely shaken by January 25th, 2011 revolution.

 

Everything changed within days, people who have always been silent for decades became all of sudden very vocal, arguing and fighting relentlessly. Almost every political or social debate got escalated quickly and turned into a verbal or physical fight. Violent language became the new norm in our daily life, even within family members. It was a complete disorderly period as anyone in Egypt would recall.

 

I got indeed deeply engaged, frequently changing my ideas and beliefs as everyone did, writing thousands of posts on social media, most of the time driven by frustration and feeling hopeless about the whole degradation in the country.

 

In 2013, the country was indeed completely ruined. Extremists were armed and freely wandering in the streets. They blocked my neighbourhood, threatened my family and physically attacked my loved ones. My wife once got attacked for simply not wearing a veil which would mean for them that she’s either “a Christian or an infidel”! We had to live with the threat of bomb attacks on weekly basis. One of their leaders clearly declared that: bombing will stop only when you allow us to rule the country!

 

(Please check the link and the video https://www.egypttoday.com/Article/2/17206/Did-Beltagy-keep-his-word-amid-repetitive-terrorist-attacks)

 

In such a precarious environment, it’s extremely challenging to keep one’s sanity! It becomes quite easy to lose control of your feelings, thoughts and get dragged into this chaos and accordingly you become tempted to respond to this violence and extremism that was ravaging our beloved country.

 

Whilst I admit that I perhaps wrote occasionally inappropriate posts back in 2013 and 2014, I can assure you that I have never meant to hurt anyone’s feelings. On the contrary, those posts were directed towards a specific group of bigot and extremists. My intention was to stop the hatred, violence and extremism of this group and I do apologise if any of these posts caused pain or hurt to anyone.

 

I did issue an apology to El-Ahly club fans for a silly vocabulary I have used in a post that has ignited the crisis, and I’m hereby extending again my apology for all the inappropriate words and statements I have expressed to the dozens of young men who might have felt offended or endangered, those statements do not represent who I really am.

 

Am I a homophobic? Or a Sexist?

 

Here we come to the second part of the unfair and baseless accusations. I say unfair out loud because whilst I admit having inattentively written some inappropriate posts, I never meant to offend anyone. I hereby reiterate that under NO circumstances, I do tolerate homophobic or sexist behaviour.

 

Those who translated my posts know quite well that using swear words in Arabic dialect has absolutely nothing to do with the true meaning of the words themselves. All Arabs know this quite well and especially Egyptians, whereby swear words are being used regularly in our daily communication. Friends curse each other very often, and in any verbal fight with family or friends, it’s accustomed to exchange sometimes few bad words innocently.

 

Whilst I utterly repudiate this kind of language which I find inappropriate, one must admit that this is well enshrined into our society and daily life. Additionally, it’s worth reminding that actions speak louder than words! And based upon the track record of my actions, I can proudly say that I’m one of the Arab professionals who fought at every occasion, each activity I organized, at every festival I worked in and each personal guest I invited to support diversity, inclusion, women empowerment and sexual freedoms.

 

I wrote hundreds of articles and social media posts defending LGBTQ Egyptian community, I organized public screenings of films that were not approved by censorship, I even initiated a campaign in 2011 calling to stop censorship. And during the last 5 editions of Cairo International Film festival, in which I took part in the programming, I tried my best to help the festival push boundaries, screening more and more films that were once considered sensitive and taboo in our country.

 

In the attached file, you will find some examples of what I really did toward the causes of diversity and personal freedom, through both actions and words, something I’m very proud of and will never change whether I’m with the festival or not. I will never stop promoting and fostering those valuable causes.

 

During my whole career, I was surrounded by amazing empowered women. Funnily enough, when they asked us last year to join the 5050×2020 pledge to ensure that the programming team is equal, I did not have to make any change to the team since it was already composed of 70% women! Hence we were two steps ahead from the pledge.

 

Now that I have left the festival, I do invite every single woman who came across or worked with me to speak out loud and tell everyone if I have ever showed her the slightest degree of sexism. At the contrary, so far more than 30 awesome empowered women (including big names in the industry) showered social media with supporting comments about their professional and human experience with me.

 

At the end

 

Whilst I did make in the past some inappropriate comments that were misused, misplaced and taken completely out of context, I never meant to hurt anyone in any possible way, and I reiterate that actions speak louder than words and accordingly I would urge everyone to judge me on the track record of my actions.

 

And my actions prove that I’m neither a homophobic nor a sexist. I refute completely those baseless accusations and will endeavour to keep fighting to foster and support diversity, inclusion, women empowerment and sexual freedoms.

 

Thank you for your time,

Ahmed Shawky "

 

 

Source: https://fipresci.org

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Sagnane Fatoumata (mercredi, 08 juillet 2020 03:15)

    Ahmed je temoignage ici que tu es très humble, profesionnel et impartial. Bref tu es bonne personne, un bon critique de cinéma à la plus pratique que vèridique. Tout mon soutien cher confrère .