FRANCE : démission de l'équipe de Ciné Le Mag 

 

FR Depuis janvier 2019, AWOTELE était partenaire de l’émission Ciné Le Mag diffusée par Canal + Afrique en prime-time chaque samedi soir dans toute l’Afrique francophone. Produite par la société française 17/23 Productions et tournée dans les studios de C8 à Boulogne-Billancourt (France), cette émission hebdomadaire de 35min avait pour vocation de parler des films et séries diffusés par la chaîne, des films sortis dans les salles de cinéma en Afrique francophone tout en mettant en lumière des professionnels des cinémas d’Afrique tels Naky Sy Savane, Sylvestre Amoussou, Eriq Ebouaney, Sidiki Bakaba, Thérèse Mbissine Diop, Cheik Doukouré, Amine Bouhafa… Elle était présentée depuis deux saisons par Claire Diao, co-fondatrice de la revue et en charge des invités. Une équipe de chroniqueurs composée d’Hortense Assaga et Essimi Mevegue, Adiaratou Diarrassouba, Samba Doucouré, Dolorès Bakela et Sonia Guiza l'accompagnait en plateau. 

 

Le mardi 23 juin 2020, lors du tournage de l’émission, quatre femmes sont assises en plateau : la présentatrice Claire Diao, l’invitée Annabelle Lengronne, actrice, et les deux chroniqueuses Hortense Assaga et Dolorès Bakela. Un extrait du téléfilm Danbé la tête haute de Bourlem Guerdjou (France, 2014) est diffusé dans lequel l’invitée campe la boxeuse Aya Cissoko face à sa mère, interprétée par l’actrice Tatiana Rojo. Rebondissant sur cette thématique de femme forte, Hortense Assaga pose à l’invitée la question suivante : « quelle figure féminine vous inspire ?» Annabelle Lengronne répond : «Une femme qui m’inspire actuellement, c’est Assa Traoré ». Surgit alors en plateau Frédéric Dezert, directeur des magazines de Canal + International, debout, avec un masque de protection sanitaire : « Coupez, stop, on arrête tout ! Excusez-moi, ce n’est pas de la censure, mais c’est trop franco-français. Nous sommes dans une émission de cinéma diffusée en Afrique, il faut faire comme si vous étiez à Dakar, Ouaga ou Douala ». Sidérées, les quatre femmes en plateau reprennent docilement le tournage. L’invitée repart sans que le directeur des magazines ne vienne la saluer ni s’excuser. L'équipe enchaîne sur le tournage de l’émission suivante, puis la présentatrice sur l’enregistrement d’un Best-Of. A l’issue de ces trois tournages, un débriefing avec les producteurs a lieu dans les loges à la demande de l’équipe. C’est là que les producteurs leur apprennent que « George Floyd est universel mais Assa Traoré est franco-française », que les propos de l’invitée « étaient beaucoup trop franco-français ». 

 

Suite à cette censure, l'agent d'Annabelle Lengronne a fait savoir à la production qu’elle ne souhaitait pas que l’émission soit diffusée avec des propos tronqués. 17/23 Productions a alors coupé au montage toutes les parties où apparaissait l’actrice pour livrer une émission de 20 minutes au lieu des 35 habituelles, diffusée le 11 juillet 2020 sur Canal + Afrique. A la suite du  tournage,  de multiples intimidations ont émané de la part de la production à l’encontre de la présentatrice, inversant ainsi la charge de l’accusation. Claire Diao aurait « fomenté » cet incident avec son équipe, aurait « pris la grosse tête » et les chroniqueurs sont sommés de répondre à un ultimatum afin de savoir s'ils poursuivraient l'émission sans la présentatrice. La quasi-totalité des invités de l’émission provenant du réseau de l’animatrice, les chroniqueurs sont alors avertis que son départ occasionnerait un changement de ligne éditoriale : moins d’invités africains, plus de blockbusters américains. Deux échanges ont suivi : le premier entre Claire Diao, Fréderic Dezert et 17/23 Productions au cours de laquelle le producteur a accusé la présentatrice de « faute » et où le directeur des magazines a préféré parler de « faute collective ». Le second rendez-vous a réuni la directrice des chaînes Canal+, le directeur des magazines, Claire Diao, Hortense Assaga, Essimi Mévégué, Samba Doucouré et Dolores Bakéla. Les journalistes ont alors émis leur volonté de reprendre la production et l'éditorial de l'émission Ciné Le Mag et une revalorisation des conditions de travail.  A l’issue des nouvelles propositions de collaboration ont été émises par la chaîne (récupération de l’éditorial par le directeur des magazines, maquillage pris en charge par la production), l’équipe a décidé de ne plus poursuivre la collaboration. Une nouvelle équipe l'a remplacée en plateau le 21 juillet 2020 dont les premiers épisodes seront diffusés ce samedi 1er août 2020. 

 

Depuis sa création, la revue Awotele fait en sorte de valoriser les cinémas d'Afrique du Nord au Sud du continent, quel que soit le bassin linguistique parlé. Collaborer à une émission mettant en lumière ses talents faisait donc sens. Censurer leur parole, décider de qui est africain ou non et de ce que les Africains peuvent ou non entendre et regarder est contraire à nos valeurs. Awotele cesse donc son partenariat avec l'émission Ciné Le Mag, témoigne de son soutien à l'équipe démissionnaire et assure à l'ensemble des professionnels du continent qu'elle poursuivra son travail de promotion mené indépendamment depuis 2015. 

 

Le comité éditorial

 

EN Since January 2019, AWOTELE has been a partner of the Ciné Le Mag program broadcasted by Canal + Afrique in prime-time every Saturday evening throughout French speaking african countries. Produced by the French company 17/23 Productions and shot in the studios of C8 in Boulogne-Billancourt (France), this weekly 35min program was intended to talk about the films and series broadcasted by the channel, films released in theaters. cinema in French-speaking countries while highlighting professionals from African cinemas such as Naky Sy Savane, Sylvestre Amoussou, Eriq Ebouaney, Sidiki Bakaba, Thérèse Mbissine Diop, Cheik Doukouré, Amine Bouhafa… It was presented for two seasons by Claire Diao, co-founder of the review and in charge of the guests. A team of columnists made up of Hortense Assaga and Essimi Mevegue, Adiaratou Diarrassouba, Samba Doucouré, Dolorès Bakela and Sonia Guiza co-animated with Claire.

 

On Tuesday June 23, 2020, during the filming of the show, four women were seated on the set: presenter Claire Diao, guest Annabelle Lengronne, actress, and the two columnists Hortense Assaga and Dolorès Bakela. An excerpt from the film  Danbé la tête haute by Bourlem Guerdjou (France, 2014) is shown in which the guest acts boxer Aya Cissoko facing her mother,  acted by actress Tatiana Rojo. Bouncing back on this theme of a strong woman, Hortense Assaga asked the guest the following question: "Which female figure inspires you?" Annabelle Lengronne replies: "A woman who inspires me right now is Assa Traoré". Frédéric Dezert, director of the magazines of Canal + International, appears on the set, standing, with a sanitary protection mask: "Cut, stop, we stop everything!" Excuse me, it’s not censorship, but it’s too Franco-French. We are in a cinema program broadcast in Africa, you have to act as if you were in Dakar, Ouaga or Douala ”he said. Stunned, the four women on the set obediently keep the shooting on. The guest leaves without the magazine director coming to greet her or apologize. The crew continued on the set of the next show, then the host on the recording of a Best-Of. At the end of these three shoots, a debriefing with the producers takes place in the dressing rooms at the request of the team. This is where the producers teach them that "George Floyd is universal but Assa Traoré is Franco-French", that the guest's words "were far too Franco-French".

 

Following this censorship, Annabelle Lengronne's agent told the production that she did not want the show to air with truncated words. 17/23 Productions then cut all the parts where the actress appeared in the edit to deliver a 20-minute show instead of the usual 35, broadcast on July 11, 2020 on Canal + Africa. Following the shooting, multiple intimidations emanated from the production against the host, thus reversing the charge of the accusation. Claire Diao would have "fomented" this incident with her team, would have "taken the big head" and the columnists were summoned to answer an ultimatum in order to know if they would continue the emission without the presenter. Almost all of the show's guests came from the host's network, the columnists were then warned that her departure would cause a change in editorial line: fewer African guests, more American blockbusters. Two exchanges followed: the first between Claire Diao, Fréderic Dezert and 17/23 Productions during which the producer accused the presenter of "fault" and where the magazine director preferred to speak of "collective fault". The second meeting brought together the director of the Canal + channels, the director of magazines, Claire Diao, Hortense Assaga, Essimi Mévégué, Samba Doucouré and Dolores Bakéla. The journalists then expressed their desire to restart the production and the editorial of the program Ciné Le Mag and a revaluation of working conditions. After the new collaboration proposals were issued by the channel (recovery of the editorial by the director of magazines, makeup supported by the production), the team decided to no longer continue the collaboration. A new team took place on the set on July 21, 2020, the first episodes of which will be broadcast this Saturday August 1st, 2020.

 

Since its creation, Awotele review has made sure to promote cinemas from North Africa to the South of the continent, regardless of the linguistic area spoken. Collaborating on a show highlighting its talents therefore made sense. Censoring their words, deciding who is African or not and what Africans can or cannot hear and watch is contrary to our values. Awotele therefore ceases its partnership with the Ciné Le Mag program, testifies to its support for the resigning team and assures all professionals on the continent that it will continue its promotional work carried out independently since 2015.

 

 

 The Editorial Committee

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Jean jacques Lamborot (CNA) (samedi, 01 août 2020 22:35)

    bravo Claire,
    merci de garder ton intégrité
    et vive les Cinémas d'Afrique !
    la bise
    et au prochain Fespaco avec Quartiers Lointaine et le CNA